graffiti, 2018

bande de lin écrasée

graffiti, 2018

bande de lin en suspension

50 cm x 25 cm

danse de lettres, 2014

tissage de lin

 

 

« Dans l'élan de l'instant, le mouvement jailli du dedans, se déploie dans l'espace,

se pose et laisse une trace, trace de lumière».

 

Fabienne Courmont « Danse de l'être »

 

 

 

Au delà de ce qu'elle signifie traditionnellement de sacré, la calligraphie orientale contient une énergie, une force naturelle concentrée dans un signe, un instant de présence totale de l'être à ce qu'il trace. Il est la lettre comme un danseur est son mouvement et tous deux se laissent porter dans cette respiration en phase avec l'univers. Une harmonie qui se renouvelle d'instant en instant.

Au delà des mots donc, c'est cette énergie, ce moment concentré de présence unique qui traverse directement le cœur de celui qui regarde.

 

 

Transposer une calligraphie orientale dans l'espace. La faire exister à l'échelle du corps.

Montrer la calligraphie comme l'instantané d'une danse aérienne.

Retranscrire le mouvement, le rythme et l'intensité du geste, la force vivante de la trace du calame, l'encre qui se retire en lignes sèches. 

 

 

Les bandes tissées en lin se maintiennent raides et souples à la fois, épousant les courbes sensuelles des lettres en mouvement suspendues dans l'air.

Pas d'opacité dans le tissage, la surface n'est pas pleine mais ajourée. Un jeu de lignes verticales et parallèles laisse voir la chaine et la fait vivre. A demi transparente, elle affirme pourtant la présence du fil et fait écho à la trace du calame qui s'assèche, à l'encre qui s'étire et se retire.